Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 02 mars 2014

LES SOCIALISTES JOUENT SUR LA PEUR !

Non, l’école que nous construisons ne sera pas dangereuse pour les enfants !

A quelques semaines des élections, les socialistes jouent sur la peur et veulent faire croire que le projet d’école que nous souhaitons ouvrir à la rentrée 2014, serait dangereuse pour les enfants, parce que nous la construirions, sans précautions, sur un sol pollué. C’est faux et cette attaque est ignoble. Elle met en cause le sens des responsabilités de la municipalité et du personnel municipal qui a travaillé sur ce dossier.

Rappelons la procédure qui a été suivie :

Fin 2013, la commune a lancé un marché public en conception réalisation pour construire une école. Conformément à la réglementation en vigueur, ce marché était ouvert à des groupements constitués au minimum d’un architecte et d’un constructeur. Dans le cadre de la mise en concurrence les candidats devaient remettre un avant projet.

Le site choisi pour la réalisation de ce projet ayant été occupé par des locaux industriels la commune a fait réaliser une étude de sol, par le bureau d’étude géotechnique SEMOFI. Le marché passé pour réaliser cette étude a fait l’objet d’une décision, présentée au conseil municipal du 29 janvier 2014.

L’étude de SEMOFI a conclu : « le terrain naturel est indemne de contamination significative »…« les remblais mis en évidence au droit du site présentent des contaminations métalliques modérées à significatives, donc une contamination systématique en mercure, seul élément métallique potentiellement volatil »…« afin de garantir l’absence de risque sanitaire pour les futurs usagers, il sera nécessaire de mettre en place des dispositions constructives permettant d’isoler les bâtiments modulaires des sols historiques afin d’éviter un éventuel transfert de vapeurs (mercure). Il pourra ainsi s’agir, au choix de l’entreprise :

-De la mise en place d’une géomembrane en complément de la dalle de béton ;

-De faire reposer les bâtiments sur des plots (circulations d’air entre la dalle et les bâtiments modulaires) ;

-Toute autre solution technique équivalente qui permettrait de respecter les prescriptions énoncées ci-dessus. »


Cette note a été transmise aux candidats afin qu’ils en tiennent compte dans leur projet. La transmission a fait l’objet d’un mail précisant : « Il vous appartient donc dans le cadre du marché de tenir compte des préconisations constructives de SEMOFI afin que votre projet ne présente aucun risque sanitaire pour les futurs occupants de l’équipement. » Rappelons que les groupements candidats comprenaient un architecte ayant l’obligation de connaître et d’appliquer la réglementation en vigueur.

De plus, l’analyse de la conformité des projets des candidats, notamment au regard de la nature sensible de la construction à réaliser et des résultats analytiques du sol, a par mesure de sécurité été confiée à SEDRI société indépendante spécialisée. Par ailleurs le projet définitif, qui reste à réaliser par l’entreprise retenue, sera soumis à un bureau de contrôle indépendant avant dépôt du permis de construire. Comme sécurité supplémentaire, la commune a prévu dans son marché la possibilité de ne pas réaliser l’école si le projet définitif n’était pas satisfaisant. Enfin, comme le requiert la réglementation, des mesures de contrôle seront effectuées avant l’ouverture de l’école.

La polémique sur l’état des sols

En préambule, il est important de rappeler que les spécialistes qui ont réalisé l’étude de sol, nous confirment qu’en appliquant leurs recommandations, il n’y a aucun risque sanitaire pour les usagers de la future école. Pour nous, moralement, c’est cela l’essentiel. Mais compte tenu de la polémique créée par l’opposition à quelques semaines des élections, nous avons bien conscience que cette confirmation par des spécialistes des études de sol ne suffira pas à rassurer. Aujourd’hui nous basculons dans l’irrationnel. C’est bien sûr l’objectif de l’opposition municipale qui d’ailleurs ne cite pas dans ses critiques les recommandations des experts.

Ce que nous allons faire

Comme cela vient d’être expliqué, la commune ne va pas construire sur une friche industrielle, le sol naturel est sain et les professionnels n’ont pas préconisé le retrait des remblais mais uniquement des mesures constructives de prévention et des mesures d’isolation. Par ailleurs il appartient, comme cela leur a expressément été demandé, aux professionnels attributaires du marché de conception réalisation, de s’assurer que leur projet assure la sécurité des personnes.
Mais, compte tenu de la polémique nous faisons procéder à une seconde étude de sol par l’entreprise SOLER Environnement. Si ses conclusions sont identiques à celles de SEMOFI, nous réaliserons pour plus de sécurité, les deux préconisations à savoir : la mise en place d’une géomembrane, ainsi que la mise en place de plots.

Lors d’un prochain conseil municipal en avril, nous demanderons aux experts de venir nous expliquer leur rapport. Une réunion publique d’information sera ensuite organisée pour expliquer la nature des travaux aux riverains et aux parents d’élèves.

Pour conclure, dans ce domaine sensible qu’est la santé des enfants, la majorité municipale se situe donc bien évidemment dans l’application maximale du principe de précaution

Les commentaires sont fermés.